Quand les pieux musulmans doivent-ils laver leurs « parties honteuses » ?

Publié le 8 septembre 2017 - par - 106 commentaires - 7 921 vues
Share

« Jeune femme à sa toilette » – Eugène Lomont (1893)

Musée de l’Oise – Beauvais

 Le Manuel du pèlerin [sur la voie d’Allah] et outils de l’ascète peut être considéré comme le manuel du bon et pieux musulman. C’est un livre d’environ 250 pages, réédité en 2007 dans sa version originale arabe (1). Comme vous pouvez le constater ci-dessous, c’est un livre relié, dont la couverture attrayante est décorée d’un paysage de montagnes, de reliefs architecturaux, de motifs dorés et d’une calligraphie soignée de style Koufi. C’est un beau livre. Il a été traduit en anglais en 1991 par Nuh Ha Mim Keller sous le titre Reliance of the Traveller and Tools of the Worshipper. Il parcourt toutes les obligations et tous les interdits prescrits au musulman. Ce livre est agréé par l’Université al-Azhar du Caire, institution-phare de l’islam sunnite. Son auteur est Shahâb al-Dîn Abi al-‘Abbas Ahmad Ibn al-Naqib al-Masri (1302-1367) de l’école juridique chafi’ite, c’est donc un livre très ancien, transmis de génération en génération.

A travers les chapitres de cet ouvrage, on voit à quel point la religion musulmane s’immisce dans tous les détails, y compris les plus triviaux, de la vie quotidienne du musulman qui n’a pas à se poser de questions puisque la religion a tout prévu pour lui. Il n’a qu’à suivre. Et cela dure depuis des siècles…

Le Manuel du pèlerin [sur la voie d’Allah] et outils de l’ascète 

Nous nous sommes déjà penchés sur trois chapitres de ce livre(*) « Recommandations pour faire ses besoins », « Le châtiment de l’adultère » et « Mari et femmes : une cohabitation bien réglée ».

Nous choisissons aujourd’hui le chapitre « Se laver », que la version anglaise a pudiquement traduit par « Purification bath» alors qu’il s’agit du lavage des « parties honteuses, العورات ». Il va de soi que sélectionner un tel sujet ne passe pas sans le recours à une lexicologie qui n’est pas dans l’habitude des articles sérieux que le lecteur trouve sur Riposte Laïque. Nous lui demandons sa compréhension. Mais le sujet est digne d’intérêt : c’est un autre exemple d’aliénation de l’individu, de son berceau à son tombeau, par une religion qui prive de tout sens critique et le programme pour qu’il reste ainsi à jamais.

Imprimatur de la version anglaise (1991)

accordé par l’Institut Al-Azhar

(Nous avons respecté le plus possible le style et la composition en deux paragraphes du texte originel. Il est entrecoupé de virgules qui le rendent abscons et il a été nécessaire d’en revoir la ponctuation (NDT).)

« Le lavage s’impose à l’homme après l’éjaculation ou après une intromission du prépuce, partiellement ou complètement, sans éjaculation, dans n’importe quel orifice génital par devant ou par l’anus d’un homme ou d’une femme, et même s’il s’agit d’une bête (2) ou d’un jeune garçon avec une petite fille [prépubère] (3). Pour la femme le lavage est requis quand elle expulse le liquide génital après avoir été pénétrée par un organe mâle par devant ou par l’anus, même par un homme handicapé, ou un garçon, ou une bête (4). De même après les règles ou dans les suites de couche quand l’enfant sort non mouillé (5). Quand [l’homme] voit du sperme sur un habit ou sur le matelas où il compte coucher, que le sperme soit de lui ou de quelqu’un d’autre, l’homme et la femme tous deux doivent se laver. Il n’est pas nécessaire que l’un imite l’autre. Toutes les prières doivent être faites tant qu’il n’y a plus d’éjaculation à prévoir. Si une autre éjaculation survient, toutes les prières s’imposent à nouveau. Si elle [la femme] a été pénétrée par devant et qu’elle s’est lavée mais qu’un liquide génital est sorti par la suite, elle doit se laver une nouvelle fois, mais à deux conditions : d’abord qu’elle puisse avoir un désir sexuel et qu’elle ne soit pas trop jeune, ensuite qu’elle vienne de combler son désir et qu’elle ne soit pas endormie dégoûtée. On reconnaît le liquide sexuel parce qu’il est éjecté avec plaisir ou à travers un vent qui sort ou qui a un [aspect] pâteux s’il est humide ou qui a l’aspect du blanc d’œuf s’il est sec. Quand l’un [de ces aspects] est présent, alors le lavage s’impose. Lorsque tous ces aspects sont absents, il ne s’agit pas de liquide sexuel. Il n’est pas nécessaire que le sperme de l’homme soit blanc ou épais, de même que le liquide chez la femme soit jaunâtre et fluide. Le lavage n’est pas obligatoire s’il s’agit d’un liquide pré-éjaculatoire, un liquide fin, blanc, poisseux qui sort sans désir lors du jeu sexuel, ni d’un liquide blanc, trouble, épais qui s’écoule après la miction. En cas de doute, l’homme peut alors choisir soit de le considérer comme du sperme, et [dans ce cas] il se lave, soit de ne pas le considérer comme du sperme et il peut se contenter de nettoyer ce qui a touché son corps ou son vêtement. Il est habilité à faire ses ablutions sans se laver. Mais il est préférable de tout faire.

Les interdits en cas d’impureté suite au rapport sexuel (al-janabaالجنابة ) sont les mêmes que si l’impureté provenait d’une autre cause (al-hadath الحدث ) (6)  c’est-à-dire qu’il est interdit de séjourner dans la mosquée, de lire le Coran, d’en lire même quelques versets. Mais il est permis [à l’homme impur] quelques invocations. S’il va au-delà des invocations, il désobéit. Il peut traverser la mosquée mais il est détestable de le faire sans objectif. »

Dois-je vous présenter mes excuses pour ce texte peu digeste ? Ce teste a cependant le mérite de vous montrer la nature des ouvrages qui ornent les bibliothèques multicolores des pieux musulmans qui sont incités à les lire et à s’y conformer pour gagner un jour le paradis d’Allah. Il éclaire le lecteur sur les pratiques sexuelles de l’islam. Il l’éclaire aussi sur l’hypocrisie de l’islam actuel qui cache la zoophilie, l’homosexualité, la pédophilie, la fausse virginité…et qui s’attache plus au rituel qu’à la moralité de l’acte (NDT).

Traduit de l’arabe par Bernard Dick

 

(*) A lire :

http://ripostelaique.com/a-lintention-du-musulman-pieux-des-recommandations-pour-faire-ses-besoins.html

http://ripostelaique.com/a-lintention-du-musulman-pieux-le-chatiment-de-ladultere.html

http://ripostelaique.com/islam-mari-et-femmes-une-cohabitation-bien-reglee.html

(1) Al-Maktaba al-‘Asryya (La Librairie Contemporaine), Saida, Liban, édition 2007 (p. 21-23)

(2) La zoophilie est une pratique reconnue en islam.

(3) Les parents ou le tuteur doivent leur ordonner de se laver.

(4) On retrouve ici la question posée aux jeunes collégiens d’al-Azhar, rapportée dans un article de Riposte laïque : « Jeune musulman, dois-tu te laver après avoir été sodomisé par un singe ? ».

(5) Nous supposons qu’il s’agit d’un accouchement avec expulsion de très peu de liquide amniotique.

(6) Al-hadath : est ainsi définie p. 17 dans le (Manuel du pèlerin [sur la voie d’Allah] et outils de l’ascète, p.17). «  Les causes d’impureté sont au nombre de quatre : Elles proviennent des organes de devant, de l’anus de tout ce qui sort d’un trou sous le nombril, le pet, et rarement un ver ou un caillou … ». Notons qu’à cette époque, on devait penser qu’il y avait un trou sous le nombril.

Au 08/09/21017, nombre d’attaques terroristes islamiques mortelles :

Share

Comme vous l’avez précisé, vous citez un ouvrage qui n’est pas le Coran.
Facile de tous mélanger, surtout lorsque l’on s’adresse à des gens qui ignore ce qu’est l’islam.
Encore une fois le respect des autres n’est pas à l’honneur.
Non les musulmans ne sont pas zoophiles, ni pédophiles.
Ces actes immondes sont malheureusement pratiquées par les Hommes et cela sans distinctions de « race » et de religion.
Arrêtez de nourrir la haine des musulmans en publiant de tel chose. A quoi cela sert?

A ouvrir les yeux de certains, peut-être ? Selon vous, les mésaventures de Aïcha n’ont pas existé ?

Je ne vois pas le rapport. Et ouvrir les yeux sur quoi?
Les articles sont tous à charges et les commentaires sont souvent insultants.
Généraliser une religion n’est pas très constructif et entendre qu’une opinion n’ouvre qu’un oeil!

Et moi qui pensais que la pénétration anale était sévèrement réprimée par la charia ! Encore un exemple des interdits sans signification qui régissent cette religion. Car ce n’est un secret pour personne (et même les grands pontes islamiques en prennent acte) que les filles musulmanes qui veulent avoir du plaisir sans compromettre leur virginité se laissent allègrement sodomiser !

Concernant la sodomie, le verset 2. 223 du Coran « Vos épouses sont pour vous un champ de labour ; allez à votre champ comme vous le voulez… » s’interprète bien comme étant une liberté pour l’homme de choisir l’orifice qu’il voudra.

Détail ô combien nécessaire dans l’inlibration de dieu qu’est le Coran !

Le texte traduit à partir de l’arabe par Bernard Dick existe bien et sa traduction est honnête. C’est une pratique assez répandue que d’édulcorer voire de supprimer des passages lors des traductions pour les non arabisants.

wpDiscuz