Ces questions que Jean-Pierre Pernaut n’a pas osé poser à Macron…

Publié le 13 avril 2018 - par - 126 commentaires - 4 594 vues
Share

L’interview de notre président par Jean-Pierre Pernaut aura été un grand moment d’ennui, tant cet exercice de communication ressemblait davantage à un thé entre amis plutôt qu’à une interview de politique majeure.

Il est vrai que Jean-Pierre Pernaut n’a pas posé les bonnes questions, se contentant de survoler l’actualité, sans jamais aborder les grands défis que doit relever la France.

A l’heure où plane la menace d’un bombardement sur la Syrie, où les étudiants occupent et bloquent les facs, où nos paysans sont désespérés, où le pays est bloqué par les grèves multiples, où la grogne sociale touche tous les secteurs d’activité, nous avons eu droit à un magistral exercice d’autosatisfaction.

Ce qui  est choquant, c’est le cynisme d’Emmanuel Macron qui ose remercier les retraités après les avoir tondus de plusieurs milliards avec la CSG.

Mais le plus grave est que le chef de l’Etat reste persuadé que l’économie est la clé qui résoudra tous nos problèmes.

Il connaît parfaitement ses dossiers économiques mais ne voit rien du désastre qui s’annonce avec la fracture identitaire de plus en plus profonde.

Quel manque de lucidité !

Il n’a toujours pas compris que ce sont  l’échec de l’intégration et l’islamisation de la société qui vont détruire le pays et qu’aucune politique économique n’a de chance de réussir si la France continue d’ouvrir ses frontières à toute la misère du monde et à partager son généreux social avec des millions de déshérités sans diplôme ni qualification, totalement inutiles à une économie moderne.

Ce sont des millions d’illettrés qui débarquent en Europe, à l’heure où s’engage la grande course mondiale à l’Intelligence artificielle.

Car nous en sommes là. Macron va investir 48 milliards dans un énième plan banlieues,  le plan Borloo, alors que le mal n’a rien à voir avec le social qui coule déjà à flots dans les cités.

Nos banlieues se désintègrent parce que l’Etat a capitulé devant les barbus et les caïds qui font régner leur propre loi.

Quand on a plusieurs dizaines de nationalités dans une cour de récréation, avec les tensions interethniques que l’on connaît, ce ne sont pas les rénovations d’immeubles et d’ascenseurs qui changeront la donne et faciliter l’intégration.

Ces cités étaient jadis fleuries et souriantes quand Français, Italiens, Espagnols et Portugais s’y  côtoyaient en parfaite harmonie.

Mais la cassure identitaire a fait fuir les Européens et transformé ces cités en bande de Gaza. Qui casse les ascenseurs et tague les cages d’escaliers à peine remis à neuf ?

On sait qui paie. Le contribuable, l’éternel dindon de la farce.

Macron veut “refonder la maison pour bâtir cinquante ans de progrès” !

Comment ? Avec des millions d’immigrés qui nivellent le pays par le bas  et vont grossir le flot des assistés ?

Soyons sérieux. La France est en train de couler sous le tsunami migratoire.

Que Macron nous explique pourquoi il saigne les retraités, pendant qu’il accorde 800 euros par mois à des étrangers de 65 ans qui n’ont jamais cotisé ni travaillé en France.

Qu’il nous explique pourquoi des millions de Français diffèrent de plus en plus leurs soins, faute de moyens, alors que le budget de l’AME, qui soigne les sans papiers, vient d’être porté à 1 milliard.

Qu’il nous explique pourquoi le tiers de nos paysans crève de faim avec 350 euros par mois, pendant que nos départements doivent financer 50 000 euros par an, pour chacun des 25 000 mineurs isolés qui ont débarqué en 2017. Coût = 1,250 milliard.

Le coût d’un seul mineur isolé pourrait sauver 3 paysans en faillite !

50 000 euros, cela représente 12 années de salaire d’un paysan !!!

Qu’il nous explique pourquoi 25000 clandestins sont logés à l’hôtel chaque soir, alors que nos 140 000 SDF dorment sous les ponts. (chiffres officiels)

Qu’il nous explique pourquoi toutes les communes de France ont eu ordre de libérer des logements pour accueillir des migrants, alors que de jeunes couples de Français attendent un logement social depuis 8 ans pour pouvoir avoir leur premier enfant.

Qu’il nous explique pourquoi les banlieues bénéficient de classes de 12 élèves, alors que nos campagnes perdent leurs écoles.

Qu’il nous explique comment on peut protéger les Français contre le terrorisme, si on fait revenir 258  djihadistes de Syrie, comme l’a annoncé Castaner.

Qu’il nous explique pourquoi on ne ferme que 3 mosquées alors que plus de 100 mosquées salafistes diffusent régulièrement la parole anti républicaine.

Qu’il nous explique pourquoi Gérard Collomb n’a expulsé que 20 fichés “S” étrangers, alors que l’Italie en a expulsé plus de 250 à titre préventif.

D’après nos lois, ce qui est possible en Italie est impossible en France !

Qu’il nous explique comment on lutte contre l’immigration clandestine quand le nombre des expulsions a chuté de 36 800 en 2012 à 28 000 en 2017, alors que les demandes d’asile ont doublé sur la période.

Qu’il nous explique pourquoi un pays laïque comme la France, fait venir 100 imams algériens pour le ramadan !

Emmanuel Macron nous dit que nos 2200 milliards de dettes sont nos impôts de demain, que nos enfants devront payer.

Oui, mais quand on a une immigration qui coûte deux fois plus cher en social que sa contribution au PIB, soit un déficit de 80 milliards par an au bas mot, la baisse des impôts n’est pas pour demain !

Avec sa tête de premier de la classe, Macron embobine toute la planète.

Mais il va détruire la France au nom de son idéologie mondialiste.

Il va nous construire une France libanisée.

Si l’immigration était une richesse pour la France, avec nos 10 ou 12 millions d’immigrés extra-européens, nous devrions être la première puissance d’Europe, et de loin !

Mais depuis la fin des Trente Glorieuses, la France a subi un déclassement sans précédent en termes de niveau de vie.

C’est une immigration insuffisamment productive qui en est la cause principale.

Jacques Guillemain

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Hurlevent

J’ai lu quelque part (?!) que J-P. Pernaud était très ami avec Madame Macron et qu’il semblerait que ce soit elle qui ait décidé ce dernier à accordercet entretien. Il ne faut donc pas s’étonner de toutes ces questions aient été évitées, et que seuls des reportages » glorifiants » aient été diffusés. D’où la caducité d’un tel entretien…

Allonzenfan

Jean-Pierre Pernaud n’est pas un journaliste « politique », c’est un journaliste sympathique. C’est sans doute la raison pour laquelle il a été choisi par Macron pour s’adresser à la France profonde, la Vraie France quoi. Le véritable match se jouera dimanche soir : je ne le regarderai pas davantage, les commentaires étant généralement beaucoup plus instructifs et amusants que le débat lui-même…

patphil

déficit de la sncf 50milliards d’euros, plan banlieue 48 milliard, cout du logement+ allocations aux immigrés 70 milliards….