Honte à l’islamo-fellatrice Schiappa, qui autoriserait ses filles à porter le voile

Publié le 7 août 2018 - par - 91 commentaires - 9 763 vues
Share

Je n’avais plus l’intention d’écrire sur Marlène Schiappa, après avoir révélé aux lecteurs de Riposte Laïque une partie des fantasmes que sa bouche, son gros popotin et sa poitrine suscitaient chez moi.

https://ripostelaique.com/jjai-fantasme-sur-la-bouche-le-gros-popotin-et-la-poitrine-de-marlene-schiappa-je-dois-combien.html

Tout juste étais-je en train de réfléchir, pour lui proposer quelques nouvelles suggestions. Ayant participé à la fête de la Moule, il y a quelques jours, je pensais que Marlène ne pouvait continuer à accepter qu’on donne comme nom à ce type de soirée celui du sexe de la femme. Pourquoi y a-t-il la fête de la moule, et pas celle de la bite ? C’est bien la preuve que dans l’imaginaire machiste, même en 2018, on considère que la femme n’existe que par son sexe, ce qui est une incitation au viol. Pourquoi ne pas faire changer ce nom vulgaire « Fête de la moule », en « Fête du mollusque bivalve », ce qui aurait l’avantage d’éduquer les masses…

Et puis, je songeais aussi à suggérer à Marlène de mettre en place, sur le principe du permis à points des automobilistes (un sujet qui paraît passionner les lecteurs de RL), le permis à points pour les seuls hommes. L’idée me paraît simple. Tous les mâles blancs de type européen (et seulement eux) partiraient avec un actif de 12 points, et perdraient leur point à toute incartade en fonction d’un barème établi par une commission composée uniquement de femmes.

Je verrais bien les grandes lignes.
Regard de plus d’une seconde sur une croupe ou une poitrine : 1 point de moins.
Regard de plus de trois secondes sur les mêmes attributs : 3 points de moins.
Sifflet admiratif devant le passage d’une femme : 4 points de moins.
Se mettre à moins de 10 cm d’une femme dans le métro ou dans tout lieux de forte promiscuité : 5 points de moins.
Érection visible d’un homme, alors qu’une femme est à moins de 10 mètres de lui : 6 points de moins.
Engagement d’une conversation avec une femme : 6 points de moins.
Invitation à boire un verre : 6 points de moins.
Demander l’heure à une femme : 6 points de moins.
Invitation au cinéma, ou à un restaurant : 7 points de moins.
Invitation à un passage à l’acte sexuel : 9 points de moins.

Le tout bien évidemment, avec les amendes de 90 euros à 750 euros prévus par la loi Schiappa. Bien sûr, des stages de rééducation seraient mis en place, avec 4 points par an à récupérer. Par contre, les hommes qui tomberaient à zéro point seraient assignés à résidence, pendant 6 mois, à la première incartade, avec le téléphone coupé, l’interdiction de disposer d’un ordinateur et d’un téléphone portable, et l’obligation de lire les œuvres des grandes féministes, dont bien sûr les nombreux livres de Marlène Schiappa.

J’étais donc dans ces délires plus drôles que méchants, quand je suis tombé sur ce passage, où Marlène Schiappa, interrogée par une journaliste, Mara Crespo, avoue qu’elle autoriserait ses filles à porter le voile, si celles-ci le lui demandaient.

Là, on ne rigole plus ! Là, on ne plaisante plus ! Marlène Schiappa nous vend sa bouillie de mère libre, élevée par un père trotskiste, qui pense qu’il faut laisser ses enfants décider par eux-mêmes de leurs engagements. Pour justifier ces propos, elle explique que, élevée dans un milieu lambertiste, elle a choisi, à 35 ans, de soutenir Emmanuel Macron, preuve, selon elle, que les enfants peuvent se construire par eux-mêmes. Elle oublie juste de préciser qu’elle est demeurée gauchiste au niveau sociétal, ne connaissant rien au social et que si elle a rejoint Macron, c’est davantage pour aller à la soupe et nous imposer ses délires féministes que par idéal.

Mais l’essentiel n’est pas là. En relativisant le fait de porter le voile, Schiappa nous confirme que c’est une islamo-fellatrice de compétition, comme l’avaient laissé entendre ses propos sur l’interdiction du voile à l’école, loi de 2004 qu’elle paraissait prête à remettre en cause pour complaire à ses amis musulmans.

https://www.marianne.net/politique/islamophobie-voile-l-ecole-macron-t-il-bien-lu-sa-secretaire-d-etat-marlene-schiappa

A signaler que Marlène Schiappa rejoint totalement la position de son père et de tous les trotskistes lambertistes, qui de tout temps, ont défendu le droit de porter le voile dans l’école publique.

Elle rejoint la position du dégénéré avocat du Mrap, Laurent Levy, qui, en 2003, défendait le droit de ses filles, Lila et Alma, à porter le voile à l’école publique Henri Wallon d’Aubervilliers.

Ce faisant, elle trahit juste la cause des femmes, qui, en France dans les quartiers islamisés, et dans la monde dans les pays musulmans, se battent, au risque de leur vie, comme en Iran, pour ne plus porter cette tenue infamante. Connaît-elle, cette sotte, l’histoire de Katia Bengama, jeune algérienne assassinée par les islamistes pour avoir refusé cette soumission ?

https://ripostelaique.com/en-refusant-le-voile-marine-a-rendu-hommage-a-katia-bengana.html

Connaît-elle l’histoire de toutes les jeunes filles iraniennes qui, après la victoire de la Révolution islamiste de Khomeiny, ont dû le porter, comme le raconte Elisabeth Lalesart dans « Pas de voile pour Marianne », sous le contrôle des gardiens de la Révolution.

Sait-elle, cette cruche, que le voile islamique, comme l’expliquait Cyrano, insulte la liberté de tous, et que la femme qui le porte, au-delà de l’uniforme de l’islam, fait savoir aux Français qu’elle n’est réservée qu’aux seuls musulmans ?

https://ripostelaique.com/Le-voile-islamique-insulte-la.html

Mais le pire n’est pas là. En autorisant ses filles à porter le voile islamique, au nom de la tolérance, Schiappa nous prend ouvertement pour des imbéciles. Bien évidemment qu’il s’agit d’une tolérance à géométrie variable. La secrétaire d’Etat, qui met ses enfants dans une école catholique, tout en crachant sur cette religion, aurait-elle accepté que ses deux filles défilent avec La Manif Pour Tous, et portent à l’école un tee-shirt « Un Papa Une Maman » ? Bien sûr que non, son sectarisme congénital l’en aurait empêchée.

Aurait-elle accepté que ses deux filles montent avec les Identitaires, sur le toit de la Mosquée de Poitiers (alors en construction) pour réclamer un référendum sur l’immigration, et évoquer la victoire de Charles Martel à Poitiers, en 732 ? Bien sûr que non !

Aurait-elle accepté que ses deux filles adhèrent au FNJ, et fassent la campagne présidentielle de Marine Le Pen ? Bien sûr que non !

Allons plus loin, supposons que Dieu donne un fils, à Marlène Schiappa, pour tenir compagnie à ses deux filles. Accepterait-elle que ce fils, plus tard, porte des tenues nazies, et le laisserait-elle faire sa propre expérience ? Bien sûr que non !

Moralité : en disant qu’elle autoriserait ses deux filles à porter le voile, Marlène Schiappa ne fait absolument pas preuve de tolérance vis-à-vis d’une liberté qu’elle accorderait à ses filles, elle nous confirme sa soumission à l’islam, sa complaisance avec ce dogme criminel, le plus criminel de toute l’Histoire de l’Humanité (270 millions de morts depuis 14 siècles, soit un Oradour-sur-Glane par jour), et sa trahison des principes laïques, féministes et républicains qu’elle prétend défendre et incarner.

Un vrai père, une vraie mère, ne réagirait absolument pas avec cette fausse tolérance. Cela serait d’abord (ce que se refuse à faire Schiappa) une explication entre quatre yeux, sur la réalité de l’islam et de ce symbole sexiste. Ce serait ensuite, si cela ne suffit pas, des mesures claires. Aucun mère et aucune mère ne saurait tolérer que sa fille ou sa petite-fille puisse porter le voile, tout en demeurant dans la famille. C’est tout simplement impossible, cela s’appelle tout simplement une rupture inévitable, quels que soient les liens du sang. De même, qui pourrait admettre que son fils ramène une bâchée à la maison, ou que sa fille ramène un muzz en djellaba ? C’est introduire l’ennemi dans la famille, et c’est tout simplement inenvisageable.

Je ne peux terminer cet article sans écrire que par sa fausse permissivité, Marlène Schiappa a rejoint le cercle, déjà fort bien rempli, des islamo-fellateurs et des islamo-fellatrices de l’islam.

Paul Le Poulpe

Print Friendly, PDF & Email
Share
   
Notifiez de
Carole

Marlène Schiappa est juste une pornographe, faisant preuve d’un certain mépris pour les femmes dans ses écrits, promue on ne sait pourquoi à un ministère qui ne lui convient absolument pas, pour lequel elle n’a pas la moindre compétence. Elle croit que le féminisme c’est la haine des hommes – tous coupables – et pond des lois aussi imbéciles qu’inapplicables.