Le déshonneur de l’armée française, de l’Algérie au Bataclan

Publié le 9 juin 2018 - par - 163 commentaires - 6 717 vues
Share

Un officier de la BAC du Val de Marne, dans un rapport d’enquêtes parlementaires sur les attentats du 13 novembre 2015, au Bataclan, à Paris, affirme : « J’ai demandé qu’une patrouille « sentinelle », qui se trouvait à proximité, puisse intervenir afin de neutraliser un tireur terroriste embusqué derrière l’issue de secours, et voici la réponse que j’ai reçu de la préfecture de police de Paris : « Négatif, vous n’engagez pas les militaires, ce n’est pas une zone de guerre ».

Cet officier de la BAC explique que le responsable de la patrouille lui a indiqué qu’il ne pouvait pas « engager le feu » faute d’avoir reçu un ordre en ce sens !

Lors des auditions au Parlement, la question de ce non-engagement des militaires en patrouille a été posée au général Bruno Le Ray, gouverneur militaire de Paris. Sa réponse est non seulement inadmissible, déroutante et j’ajouterai même déshonorante, dans la bouche d’un haut gradé militaire dont la mission prioritaire est de défendre le pays et sa population : « Il est impossible de mettre des soldats en danger dans l’espoir hypothétique de sauver d’autres personnes. »

L’armée française s’était déjà déshonorée en Algérie en restant l’arme au pied et n’intervenant pas pour sauver quelques milliers de français, massacrés par le FLN et l’ALN, notamment après le 19 mars et jusqu’au 5 juillet 1962.

Il n’est pas étonnant que pareille situation se reproduise justement avec des chefs aussi peu représentatifs des valeurs qui ont fait la grandeur de notre armée, en d’autres temps et dans des circonstances autrement plus périlleuses.

Tenant compte de cette réponse « ahurissante » on peut se demander ce que « fout » notre armée au Mali, en Syrie, et même sur d’autres zones de combat, si ce n’est pas dans l’objectif « hypothétique » de sauver d’autres personnes menacées ? Nos soldats se font tuer pour quelles autres raisons ?

Si l’opération « Sentinelle » consiste simplement en un défilé de mode, dans les rues de nos principales villes, pour présenter les nouveaux uniformes militaires et le nouvel armement mis à leur disposition, que le gouvernement et les autorités militaires sachent que l’on peut très facilement s’en passer !

Les familles des victimes innocentes de ce funeste 13 novembre ont parfaitement raison d’accuser le gouvernement et l’armée de ne pas avoir donné l’ordre d’intervenir pour justement « sauver « hypothétiquement » d’autres personnes », ne serait-ce même qu’une seule !

Manuel Gomez

Print Friendly, PDF & Email
Share
   
Notifiez de
hombre

AREVA tu connais? L URANIUM tu connais? non ?
eh bien va faire des recherches sur les plus grande mines d uranium dans le monde et tu auras une partie de la reponse

Kader Oussel

On est plus avancé parce que les autres se font une expérience.
D’ailleurs, le Bataclan est une source inépuisable d’expérience !

hombre

d ou tenez vous ces chiffres 3 millions de musulmans qui soutiennent daesh ?????

Kader Oussel

Comdamner l’armée de 40 ne mange pas de pain. D’abord, les intéressés sont tous morts. Vous ne risquez pas d’être contredit par un témoin direct.
Et en plus, tout le mode s’en fout comme de l’an 40 !

Gretsch

Ce sont les responsables eux-mêmes qui disent qu’au- delà de 3 attaques simultanées, le GIGN ne pourra plus rien faire. JILL c’est bien ça le problème, vous devez commencer à penser que chacun va devoir assurer sa sécurité et celle de ses proches. En France, il y a bien 3 millions de musulmans qui sont favorables à daesh, et encore bien d’autres qui n’en sont pas loin. Donc le jour où ça va vraiment mal tourner, ce ne sont pas quelques centaines de GIGN, ni même 20 000 soldats (l’armée française) qui suffiront à régler le problème. Et vous allez faire quoi ce jour là ? attendre qu’on vienne vous… lire la suite

Mahé yannick

Vos commentaires sont pertinents au vu de l’évènement exceptionnel du Bataclan mais mêmes les officiers de police civils semblent ignorer les règles d’engagement du feu auxquelles sont contraints les militaires même sur les théâtres extérieurs comme au Mali alors à plus forte raison en France sur le territoire national alors que nous ne sommes pas en guerre et que l’autorité qui s’exerce est celle du civil en l’occurence Le préfet le militaire n’agissant que sur réquisition ÉCRITE de celui-ci

Vent d\'Est, Vent d\'Ouest

@ Manuel Gomez
« Tenant compte de cette réponse (…) on peut se demander ce que « fout » notre armée au Mali, en Syrie, et même sur d’autres zones de combat, si ce n’est pas dans l’objectif « hypothétique » de sauver d’autres personnes menacées ? (…) ».
Merci M. Gomez, j’avais posté un commentaire dans ce sens à la suite d’un autre article.

Deskepticon

Et le rappeur Médine va y chanter les tubes de son dernier album intitulé  »Djihad », on croit rêver!

didile

Enfin, chacun nous donne son explication Ce que tout le monde comprend ,en tout cas c’est que c’était la grosse pagaille parmi les forces de l’ordre et que si un autre attentat se produit,on nous racontera les mêmes sornettes .Quand je dis « nous » ,je parle de ceux qui seront restés en vie ,bien sûr.