Puisque Macron veut parler des années 30, allons-y, et tant pis pour lui !

Publié le 3 novembre 2018 - par - 90 commentaires - 6 511 vues
Share

J’ai bien aimé la comparaison faite par Macron entre la situation européenne actuelle, en proie à la lèpre nationaliste, et sa situation dans les années trente.

Je n’ai pas aimé la comparaison pour elle-même mais pour l’erreur fondamentale qu’elle contient et qui permet de ridiculiser le locataire de l’Élysée.

Évoquer la lèpre nationaliste revient à assimiler Marine Le Pen et Marion Maréchal, dictateurs en jupons, à Hitler et Mussolini.

Or, je ne vois pas ces dames actuellement parader au pas de l’oie, en uniforme, bras tendu avec brassard et croix gammée.

Je n’ai pas vu non plus de meeting du Rassemblement national dans un grand stade avec marche aux flambeaux, prestation de serment et forces de l’ordre couteau à la hanche et brodequins aux pieds.

Les rédacteurs des discours du locataire de l’Élysée font des comparaisons intenables entre les deux époques en tentant de stigmatiser les actuels opposants nationalistes de France.

Ils sont en plein contresens historique en affirmant que la volonté hégémonique et expansionniste des dictatures des années trente, en Europe, Allemagne et Italie, en Asie, le Japon, seraient à l’œuvre dans les partis nationalistes de 2018, car c’est tout le contraire qui nourrit les mouvements nationaux du XXIe siècle.

Dans les années trente, il s’agissait de passer les frontières pour voler les richesses du voisin.

En 2018, il s’agit de fermer les frontières pour que les peuples d’Europe ne se fassent pas voler leurs richesses au sens large : richesse en avoirs mais aussi richesse culturelle, richesse intellectuelle, richesse en liberté d’être, richesse en tranquillité et en bien-vivre ensemble entre gens de bonne compagnie, richesse de lire, travailler, écrire, étudier et sortir le soir sans se faire tirer dessus ni se faire égorger par les musulmans et les mafias macronienne et merkellienne.

Le plus drôle, c’est que l’individu de l’Élysée, dont on nous dit pourtant qu’il aurait fait « les grandes écoles », ne semble même pas être capable de saisir le tissu d’âneries qu’on lui fait lire devant les micros et sur les plateaux TV.

Les conseillers de l’Élysée se seraient montrés beaucoup plus judicieux à établir un parallèle entre les dirigeants des démocraties européennes des années trente et les actuels putatifs démocrates détenteurs du pouvoir en France.

Dans ce dernier lot, je mets toute la classe politique LREM et ses obligés pour des postes à pognon de dingue du Modem, les mous du coude Républicains comme Juppé, Bertrand, Raffarin, Pécresse, les sans-parti de la bonne pensée, etc., les socialistes et hamonistes et même jusqu’à certains Insoumis qui, nonobstant leur appellation, se révèlent on ne peut plus soumis.

Pourtant les points de similitude ne manquent pas entre les démocrates et démocraties actuels et les dictatures et les démocrates de l’époque.

En 1933, en Allemagne, les juifs et les magasins juifs étaient attaqués sans relâche par les SA de Röhm.

En 2018, en France, les juifs et les magasins  juifs font l’objet d’un génocide à bas bruit de la part  des troupes musulmanes de Macron.

En 1933, en Allemagne, le bureau de la propagande autorisée interdisait toute voix divergeant de la ligne éditoriale officielle.

En 2018, en France, Macron a désormais interdit de dire les vérités qui dérangent, notamment sur les musulmans qui ont déclaré la guerre au pays.

En 1933, en Allemagne, des bandes de nazis occupaient les rues, traquant et bastonnant tous ceux qui ne leur revenaient pas.

En 2018, en France, les bandes musulmanes et les bandes tout court de Macron traquent et bastonnent impitoyablement les Français qui ne leur reviennent pas, les dépouillant de tout ce qu’ils ont de valeur sur eux.

En 1933, en Allemagne, les homosexuels étaient pourchassés, traqués, bastonnés en pleine rue par les tenants du pouvoir.

En 2018, en France, il en va de même. Les musulmans protégés du pouvoir en place n’hésitent plus, tous les jours, à manifester violemment leur homophobie et lesbophobie par des tabassages en règle pour déviationnisme coranique. Sans que la justice, complice, n’y fasse rien, qui laisse tout ce petit monde bien en liberté pour mieux terroriser la France comme en Algérie dans les années 90.

Autant prévenir dès aujourd’hui tous les membres des associations qui sont révoltées par ces agissements : en pays musulman, les homosexuels sont jetés des toits et les femmes libérées sont lapidées.

Ils échappent encore au pire à ce jour en France, mais avec Macron en 2022, ils devraient savoir maintenant leur avenir, il leur faudra choisir dans les urnes entre un destin final avec LREM et ses affidés et un destin normal avec Marine et Marion, peut-être même dès 2019 pour un coup d’arrêt européen au totalitarisme musulman et dès 2020 pour un arrêt local de l’avancée de la peste brune dans leur commune.

En 1933, en Allemagne, il était vain pour tout juif ou opposant qui s’était fait molester et voler en pleine rue au vu et au su de tous, police comprise, de porter plainte et d’espérer réparation de la part des tribunaux et la condamnation des auteurs des razzias et exactions.

En 2018, en France, il en va de même, voyous, truands, assassins qui vous volent, tabassent, violent sont à nouveau libres dans la rue le soir même, prêts à recommencer.

Les plaintes, quand elles sont seulement prises en compte, n’aboutissent jamais, les réparations ne sont jamais recouvrées et les juges manifestent plus d’indulgence pour les auteurs des agressions que pour les victimes.

De 1933 à 1938, les politiciens de France et de Grande-Bretagne ont constamment baissé leur pantalon devant Hitler et Mussolini alors qu’une guerre préventive évitait toute la suite et n’aurait jamais obligé d’appeler au secours les Américains.

En 2018, Macron et Merkel baissent constamment pavillon, pour rester poli, devant les bandes d’allogènes qui s’arment dans les banlieues, qui cassent et brûlent les lieux de culture et d’épanouissement, comme les écoles, les gymnases, les médiathèques.

Avant, très bientôt, d’être obligés d’appeler au secours les armées libres de Pologne et de Hongrie qui, seules, demain, seront capables d’éradiquer la peste brune musulmane et mafieuse qui gangrène l’Europe et son économie.

En 1938, c’est Daladier et Chamberlain qui livrent la Tchécoslovaquie à Hitler.

En 2018, c’est Macron et Merkel qui livrent le Royaume françois et le Saint-Empire germanique aux troupes ennemies sarrasines.

Ainsi, ceux qui rédigent les pensées et discours de l’hôte de l’Élysée, que ce dernier va réciter sans sembler les comprendre devant les journalistes, ont fait un mauvais parallèle et ne sont pas capables  d’appréhender le sens de l’Histoire et de la réalité en marche, bouffis de l’idéologie qui les aveugle.

Les nationalistes européens de 2018 n’ont d’autre but que de protéger l’Occident d’une guerre contre les allogènes et les Sarrazins qui se comportent vindicativement comme les régimes hitlérien et mussolinien de 1933.

Les soi-disant démocrates au pouvoir en Europe actuellement, Juncker, Merkel, Macron et les autres ont exactement la même attitude que leurs prédécesseurs des années trente : reculer devant la montée des périls jusqu’à livrer des pays comme la Tchécoslovaquie au fascisme allemand, croyant, comme le dira Churchill, éviter la guerre dans le déshonneur pour finir par avoir et la guerre et le déshonneur.

Or, Macron, Merkel, Juncker et leur bande, c’est exactement cela, la guerre et le déshonneur, qui laissent l’infiltration de notre Europe par les 5es colonnes de l’ennemi, allant même jusqu’à les soutenir et les armer contre les vrais défenseurs des démocraties de pays qui veulent rester libres : les nationalistes.

Jean d’Acre

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Thierry Couvret

Autre chose :

Lors de la 2ème GM, pratiquement tous les collabos étaient de gauche (un certain François Mitterrand avait d’ailleurs prêté allégeance au maréchal Pétain et cautionné de facto sa politique).

La résistance fut surtout le fait de militants d’extrême droite.

La gauche n’entra en résistance qu’après la rupture du pacte germano-sovétique par Hitler.

De nos jours la gauche collabore avec l’islam alter-ego du nazisme et la soit-disant extrême-droite résiste.

Les plus malfaisants sont le PC et la CGT issus de la scission au sein de la SFIO.

Odette Lejeune

Je comprend très bien ce commentaire est juste nous savons qu’il n’y aura pas de fin avec ces gens la nous allons perdre nôtre pays c’est parti pour

Thierry Couvret

Ces mêmes antifas qui en France scandent en toute impunité « mort aux juifs » aux côtés de leurs potes musulmans sont identiques en paroles et en actes aux brigades nazies du Berlin des années 30. Quant à Mélenchon, à sa manière, il n’est en rien différent d’Hitler; cela m’a sauté aux yeux dans le cadre d’un documentaire sur Hitler et le nazisme : même discours anticapitaliste et même haine des juifs. Seule différence : la haine du blanc affichées par Mélenchon. Conclusion : les fachos sont les gauchistes (LRE(I)M comprise) et les musulmans dont l’idéologie est un pur alter-ego du nazisme.… lire la suite

Odette Lejeune

mélenchon c’est sûr qu’il n’est pour nous il est marié avec une femme noire , et pourtant je ne suis pas raciste

Hasso

Combien de juifs morts et blessés en France et en Hongrie ?
Quel pays les Juifs fuient-ils, la France ou la Hongrie ?
etc….

plouc

le retour des années 30 dixit le petit macron !!!! la grande différence c’est que le bruit des bottes a été remplacé par le bruit des babouches et des Allah akbar !!!!!!

Odette Lejeune

oui vous avez raison , j’ai entendue les bottes lorsqu’il partait de reims c’était dessous nos fenêtres d’en parle çà me donne froid ils avaient les armes en l’air visant les fenêtres moi comme une enfants j’ai voulue regarder par la fenêtre Mon père ma tiré par le bas de ma jupe il étant tant car il visé la fenêtre très mauvais souvenir

MANU

Les arabes ont envahis le Portugal en 711 et en 1249 ont étés expulsés du Portugal…..
Quand meme c’etait pas rien, il fallait réussir et cela a été fait.
Et s’il le faut ils le referont…..
Les français ont peur et ca c’est le problème. Il faut foutre ce président dehors de l’Elysee…MERKEL ET MACRON sont les destructeurs de notre civilisation !

Odette Lejeune

Cela fait mal d’en arriver encore là nos caïds de l’Elysée, ils s’en moque ils prendrons leurs avions et partirons dans autre pays ils ont prévues leurs maisons est construites

andrej

Jean,
Nos politiques, gouvernants ou pas (ainsi que leurs assistants) sont tous des minables, bas du front. Ils n’ont plus que la propagande nauséabonde pour officier. Ils pratiquent ce qu’ils reprochaient à Marine sans raison aucune.
Cordialement.

hathoriti

je n’ai pas très bien compris, monsieur Jean d’Acre ! D’abord, vous commencez excellemment votre article en écrivant que l’individu élyséen dit des âneries en comparant notre époque à celle des années 30 ! Bien ! Ensuite, tout votre article est une démonstration des similitudes entre les années 30 et les années 2018 et suivantes…Donc, le nabot a vu juste et n’a pas raconté d’âneries ? Dommage ! je les attendais avec délectation !

cornu

Vous avez bien lu et compris , il compare les deux époques mais surtout les protagonistes , les sujets ,et buts des deux .

Yves

Toujours la même rengaine des gauchistes usées jusqu’à la moelle. Les incultes n’ont qu’à revoir l’histoire. Pour rappel le NSDAP était bien un parti socialiste et non d’extrême droite. Le nazisme et le communisme étaient des dictatures socialiste tout comme aujourd’hui en France.

butterworth

L’Europe en 2029 !

Déséquilibré

Apocalyptique à souhait. Mais un brin optimiste. L’effondrement arrivera bien avant 2029, voir en 2019. Bon, c’est de 2011, l’auteur a bien prévu l’avènement de Salvini mais pas le fait que le groupe vissegrad refuse les diktats de l’UERSS